Antiquariat Elke Rehder

Home    Vita    Atelier    Bildhauerwerkstatt    Radierwerkstatt    Druckwerkstatt    Bronzeskulpturen    Installationen    Paper_Art    Künstlerbücher    Illustrationen    Pressendrucke    Zeichnungen    Radierungen    Holzschnitte    Schach_Holzschnitte    Schach_Gemälde    Bertolt_Brecht    Heinrich_Heine    Hermann_Hesse    ETA_Hoffmann    Friedrich_Hölderlin    Franz_Kafka    Christian_Morgenstern    Stefan_Zweig    Druckgrafik_Kunst    Antiquariat    Impressum_&_AGB   

back to catalogue overview

 

Antique prints from the French satirical magazine La Caricature and Le Charivari

Charivari - Information in English

Le Charivari was an illustrated newspaper published in Paris, France from 1832 to 1937. It published caricatures, political cartoons and reviews. After 1835, when the government banned political caricature, Le Charivari began publishing satires of everyday life.

The newspaper was started by caricaturist Charles Philipon and his brother-in-law Gabriel Aubert to reduce their financial risk of censorship fines. They also had published the satirical, anti-monarchist, illustrated newspaper La Caricature, which had more pages and was printed on more expensive paper. In Le Charivari, they featured humorous content which was not so political. Ownership of the paper changed often due to issues with government censorship, and related taxes and fines.

More information in English, French and German you'll find after the pictures at the end of this page.

 

Beaumont, Edouard de / Charivari - "La Civilisation aux Iles Marquises. La Charade ..." Original lithograph out of the magazine Le Charivari by Edward de Beaumont. (Paris), Aubert, 1843.

Edouard de Beaumont  (1821 - 1888) / Le Charivari

"La Civilisation aux Iles Marquises. La Charade ..."

Original lithograph out of the magazine Le Charivari by Charles Edouard de Beaumont. (Paris), Aubert, 1843. Image size 20,5 x 16 cm on sheet size 36,5 x 25 cm.

Printmaking by "Imp. d' Aubert & Cie" , printed on reverse and with handwritten name. With printed note "Chez Pannier Edit. Rue du Croissant 16 ". Signed in the print "E de Beaumont". Margins slightly spotted but very good condition.

Charles-Édouard de Beaumont (1821 -1888) / LA CHARADE. --EH bien! mon ami...tu ne travailles donc pas aujourd'hui ? ...--Comment je ne travaille pas ! voilà plus de cinq heures que je suis sur cette charade...je ne peux pas trouver le mot mais bien certainement je ne dinerais pas avant d'avoir fini ma besogne!,

ARTIKEL-NR. DGMS0244.   Preis 65,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

keywords: lithographies originales, Marquesas, Archipel des Marquises, Te Fenua Enata, Pays d'outre-mer, POM, Subdivision administrative des Îles Marquises, République en Polynésie française

 

Croquis de carnaval (plate no.) 4 Original lithograph by Charles Edouard De Beaumont from the magazine Le Charivari. Deux sujets par pl. numérotée 4 et papier blanc fort (Paris), Lange-Levy et Cie, rue du Croissant, 16, 1852.

Edouard de Beaumont (1821 - 1888) / Le Charivari

"Croquis de carnaval"

(plate no.) 4. Original lithograph by Charles Edouard De Beaumont from the magazine Le Charivari. Deux sujets par pl. numérotée 4 et papier blanc fort (Paris), Lange-Levy et Cie, rue du Croissant, 16, 1852. Image size 25,8 x 18,3 cm onsheet size 35,8 x 22,5 cm.

Printmaking by Imp. Ch. Trinucq Cour des Miracles, 9. Paris , printed on reverse. With printed note Chez Pannier & Cie, rue du Croissant, 16. Paris. With fold in the middle. Print spotted but very good condition.

Charles Edouard De Beaumont (1821 - 1888). Texte ci-dessous la première image: Rappelle toi bien, Coffignard, que si ce soir t'as pas bon genre je ne vais plus au bal avec toi! / Texte ci-dessous la deuxième image: - On ne se douterait jamais à te voir que tu es un homme, comm il faut! - Mais puisque je suis déguisé! ... toi te voilà bien mise en feme honnete! ...

ARTIKEL-NR. DGMS0154.    Preis 40,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Les Embellissemens de Paris No. 9. Les Devantures des magasins de nouveautés Original lithograph by François Bouchot from the magazine Le Charivari. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, around 1840.

Frédéric Bouchot (Paris 1798 - 1860) / Le Charivari

"Les Embellissemens de Paris No. 9"  / "Les Devantures des magasins de nouveautés"

Original lithograph by François Bouchot from the magazine Le Charivari. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, around 1840. Image size 23,5 x 23 cm on sheet size 36 x 23,4 cm.

Printmaking by Imp. d' Aubert & Cie , printed on reverse. With printed note Chez Aubert, Place de la Bourse, 29 . Signed in the print Bouchot . Letter printing from Le Charivari magazine on the back, but very good condition.

ARTIKEL-NR. DGMS0048.    Preis 50,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Bouquet, Auguste - "La Caricature (Journal) "No. 223 [sic] 123)" , Pl. 255. Le chianli crotté de toutes les manières." Original handcolored lithograph by A. Bouquet. (Paris), Aubert, 14 Mars 1833.

Le chianli crotté de toutes les manières. Political caricatur of king Louis-Philippe behind a mask and in a costume of  Freedom Françoise Liberté.

Auguste Bouquet (1810 - 1846) / La Caricature

"Le chianli crotté de toutes les manières"

La Caricature (Journal) "No. 223 [sic] 123)" , Pl. 255. Original handcolored lithograph by A. Bouquet. (Paris), Aubert, 14 Mars 1833. Image size 19,5 x 17 cm on sheet size 35 x 25 cm.

Printmaking by "Lith. de Becquet, rue childebert 9" , colored by hand. With printed note "On s'abonne chez Aubert Galerie véro Dodat". Signed in the print "AB." Verso with mounting vestiges. Very good condition.

Auguste Bouquet (1810 - 1846) Il réalise de nombreuses lithographies de caricatures pour les journaux L'Artiste, La Caricature (1831-1834), Le Charivari (1832-1833), Le Triboulet (1843). Political caricatur, king Louis-Philippe behind a mask and in a costume of  Françoise Liberté.

ARTIKEL-NR. DGMS0251.    Preis 150,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Bouquet, Auguste - "La Caricature (Journal) No. 124, Pl. 257. Les favoris de la poire." Original handcolored lithograph by Auguste Bouquet. (Paris), Aubert, 21 Mars 1833.

Auguste Bouquet (1810 - 1846) / La Caricature

"Les favoris de la poire."

La Caricature (Journal) No. 124, Pl. 257.  Original handcolored lithograph by Auguste Bouquet. (Paris), Aubert, 21 Mars 1833. Image size 15 x 18,5 cm on sheet size 34,5 x 26,5 cm.

Printmaking by "Lith. de Becquet, rue childebert 9" , colored by hand. With printed note "On s'abonne chez Aubert Galerie véro Dodat". Signed in the print "AB." Verso with mounting vestiges. With horizontal fold in the middle. Right margin with small repaired tear (2 cm), but very good condition.

Auguste Bouquet (1810 - 1846) Il réalise de nombreuses lithographies de caricatures pour les journaux L'Artiste, La Caricature (1831-1834), Le Charivari (1832-1833), Le Triboulet (1843)

ARTIKEL-NR. DGMS0250.    Preis 130,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Daumier, Honoré - Les femmes socialistes (plate no.) 5. Original lithograph from the magazine Le Charivari, signed in the plate with H D. Vintage print from the magazin with printing on the back. (Paris), Aubert, 1849.

Honoré Daumier (1808 - 1879) / Le Charivari

"Les femmes socialistes"

(plate no.) 5. Original lithograph from the magazine Le Charivari, signed in the plate with H D. Vintage print from the magazin with printing on the back. (Paris), Aubert, 1849. Image size 24,6 x 19,1 cm on sheet size 36,1 x 24,5 cm.

Printmaking by Imp. Aubert & Cie , printed on reverse. With printed note Chez Aubert, Pl. de la Bourse. With nearly invisible fold in the middle. Margins slightly spotted but very good condition.

Text: ci-dessous l'image: Oui, ma chère, mon mari a ravalé ma dignité de femme jusqu'à me forcer ce matin à recoudre un bouton de bretelle!........Jour de ma vie, si un homme me forçait à travailler à sa culotte!.
Translation: Yes, my dear... just imagine... this morning he forced me to sew on one of his buttons! How dare he reduce my female dignity in such a way! That'd be the day, if a man forced me to work on his knickers!

ARTIKEL-NR. DGMS0152.    Preis 85,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Daumier, Honoré, 1808-1879 / Hugo, Victor - Holà, hè! madame l'hotesse, j'aime les potages chauves (Victor Hugo, Notre Dame de Paris) Original lithograph out of the magazine Le Charivari. Caricature en Lithographie originale. (Paris), Aubert, Published in: Le Charivari, October 15, 1840. Silhouettes, 2.

Honoré Daumier (1808 - 1879) / Le Charivari

"Silhuettes"
"Holà, hè! madame l'hotesse, j'aime les potages chauves (Victor Hugo, Notre Dame de Paris)"

Original lithograph out of the magazine Le Charivari. Caricature en Lithographie originale. (Paris), Aubert, Published in: Le Charivari, October 15, 1840. Silhouettes, 2. Image size 22 x 19 cm on sheet size 37 x 25,2 cm.

Printmaking by Imp. d' Aubert & Cie , printed on reverse. With printed note Chez Bauger, Rue du Croissant, 16 . Lithograph on newsprint with text verso with nearly invisible folds but very good condition.

A man has just found a strand of hair in his soup. A political right-wing attachment to the Government of Louis-Philippe.

ARTIKEL-NR. DGMS0049.    Preis 130,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Decamps, Alexandre-Gabriel - "La Caricature (Journal no. 13) Pl. 26. Arrêt De La Cour Prévotale Qui condamne Françoise Liberté, née à Paris en 1790..." Original lithograph by Alexandre-Gabriel Decamps. (Paris), Aubert, 27 Janvier 1831.

Alexandre-Gabriel Decamps (1803 - 1860) / La Caricature

"Arrêt De La Cour Prévotale Qui condamne Françoise Liberté, née à Paris en 1790..."

La Caricature (Journal no. 13) Pl. 26. Original lithograph by Alexandre-Gabriel Decamps. (Paris), Aubert, 27 Janvier 1831. Image size 24 x 19 cm on sheet size 32,5 x 24 cm.

Printmaking by " Lith. de Delaporte s de Langlume" . With printed notes "On s'abonne chez Aubert galerie vero dodat". Verso with mounting vestiges. Margin of bottom edge with 1 small tear (2 cm repaired). Left upper corner with slight folds. Sheet spotted and some foxing but allover in good condition.

Charles Philipon (1800 - 1862) directeur de La Caricature et du Charivari. / Alexandre-Gabriel Decamps (Paris 1803 - 1860 Fontainebleau) / En janvier, une lithographie de Decamps, La liberté au poteau (La Caricature, 27 janvier 1831), en donne le signal. Attachée au"poteau d'infamie ", Françoise Liberté (Françoise Désirée) our crime de révolte dans les journées des 27, 28, 29 juillet 1830.

ARTIKEL-NR. DGMS0246.    Preis 75,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Decamps, Alexandre-Gabriel - La Caricature (Journal 18) Pl. 36. Liberté (Francoise Désirée) fille du peuple, née a Paris le 27 Juillet 1830. Original lithograph by Alexandre-Gabriel Decamps. (Paris), Aubert, 3 Mars 1831.

Alexandre-Gabriel Decamps 1803 - 1860 / La Caricature

"Liberté (Françoise Désirée) fille du peuple, née a Paris le 27 Juillet 1830"

La Caricature (Journal 18) Pl. 36. Original lithograph by Alexandre-Gabriel Decamps. (Paris), Aubert, 3 Mars 1831. Image size 21,3 x 27,4 cm on sheet size 27,8 x 36,6 cm.

Printmaking by Lith. de Delaporte, seur de Langlumé . With printed note On s'abonne chez Aubert galerie Véro dodat. Margins slightly spotted and darkened. Bottom edge with 2 cm tear but very good condition.

Alexandre-Gabriel Decamps (Paris 1803 - 1860 Fontainebleau). Translation of the text below the picture: Freedom / (Françoise Désirée) girl of the people, born in Paris on July 27, 1830. Liberté (Françoise Désirée) fille du peuple, née à Paris le 27 juillet 1830, où une fillette symbolisant la liberté est tenue en laisse par un groupe d'hommes qui tentent de la retenir, ils représentent le parti de la résistance, opposé aux réformes. Au premier plan, on reconnaît sans mal le roi citoyen. Le visage serein, il semble maîtriser la situation.

ARTIKEL-NR. DGMS0160.    Preis 130,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Delaporte - La Caricature (Journal 40) No. 80. Le cri du peuple. Original lithograph. Vintage print with the attributs: clerge, Alliance, Païae Heréditaire, Sens electoral, contributions, 28. 29. 1830. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, 4 août 1831

Delaporte - La Caricature (Journal 40) No. 80. Le cri du peuple. Original lithograph. Vintage print with the attributs: clerge, Alliance, Païae Heréditaire, Sens electoral, contributions. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, 4 août 1831.

Delaporte / La Caricature

"Le cri du peuple"

La Caricature (Journal 40) No. 80. Original lithograph. Vintage print with the attributs: clerge, Alliance, Païae Heréditaire, Sens electoral, contributions, 28. 29. 1830. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, 4 août 1831. Image size 20,7 x 25,8 cm on sheet size 28,3 x 37,3 cm.

Printmaking by Lith. de Delaporte . With printed note On s'abonne chez Aubert, Galerie Véro Dodat. Dated in the print 1891. Margins slightly spotted but very good condition.

ARTIKEL-NR. DGMS0055 Preis 65,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

Condition of a second lithopraph: Print with nearly invisible fold in the middle. Sheet spotted but in good condition.

ARTIKEL-NR. DGMS0155 Preis 35,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Delaporte - La Caricature (Journal 2) Pl. 4. Marche forcée. . Original lithograph by Delaporte. Caricature en Lithographie originale de Révolution de 1830 (Paris), Aubert, 11 Novembre 1830.

Delaporte / La Caricature

"Marche forcée"

La Caricature (Journal 2) Pl. 4. Original lithograph by Delaporte. Caricature en Lithographie originale de Révolution de 1830 (Paris), Aubert, 11 Novembre 1830. Image size 20,7 x 25,1 cm sheet size 27 x 36,3 cm.

Printmaking by Lith. Delaporte, seur de Langlumé . With printed note A Paris Chez Aubert, Passage Véro Dodat. Margins spotted but nearly good condition. En 1814, à la fin des guerres napoléoniennes, Pie VII rétablit la Compagnie de Jésus comme il était auparavant, son retour en France a lieu en 1815. (Marche forcée = comparaison de Napoléon Ier dans ses campagnes) Jésuites, Jesuite

ARTIKEL-NR. DGMS0057 Preis 45,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Delaporte - La Caricature (Journal 41) No. 82. Les Grenouilles qui demandent un roi. / De celui-ci contentez-vous, De peur d'en rencontrer un pire / Original lithograph by Delaporte. (Paris), Aubert, 11 août 1831.

Delaporte / La Caricature

"Les Grenouilles qui demandent un roi. / De celui-ci contentez-vous, De peur d'en rencontrer un pire"

La Caricature (Journal 41) No. 82. Original lithograph by Delaporte. (Paris), Aubert, 11 août 1831. Image size 20 x 24,8 cm on sheet size 26,8 x 34,7 cm.

Printmaking by Lith. de Delaporte . With printed note On s'abonne chez Aubert galerie Véro Dodat. Edges slightly darkened but very good condition.

Caricature apres la fable "Les grenouilles qui demandent un roi" de Jean de La Fontaine. Louis-Philippe, le roi poire.

ARTIKEL-NR. DGMS0156.    Preis 75,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Delaporte - La Caricature (Journal) No.56. Pl. 113. Sautez grenouilles 'sautez dans la fange! Original lithograph. (Paris), Aubert, 24 Novembre 1831.

Delaporte / La Caricature

"Sautez grenouilles 'sautez dans la fange!"

La Caricature (Journal) No.56. Pl. 113.  Original lithograph. (Paris), Aubert, 24 Novembre 1831. Image size 26,7 x 20,7 cm on sheet size 33,3 x 25 cm.

Printmaking by Lith. de Delaporte . With printed note On s'abonne chez Aubert Galerie véro dodat. Print with two nearly invisible folds and in the margins slightly spotted but very good condition.

The cross of the Legion of Honour is dangled above the "frogs". The catcher may be François Guizot.

ARTIKEL-NR. DGMS0158.    Preis 65,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Delaunois - La Caricature (Journal No. 235), Pl. 489. Le Chat, la belette et le petit lapin. Fable. Original lithograph. Caricature en Lithographie originale (en noir), n. signée (Paris), Aubert, 7 Mai 1835.

Delaunois / La Caricature

"Le Chat, la belette et le petit lapin. Fable."

La Caricature (Journal No. 235), Pl. 489.  Original lithograph. Caricature en Lithographie originale (en noir), n. signée (Paris), Aubert, 7 Mai 1835. Image size 19,1 x 29 cm on sheet size 26,2 x 35 cm.

Printmaking by Lith. Delaunois, rue du Bouloi, 19 . With printed note Au bureau chez Aubert, Galerie Véro Dodat. In the middle with nearly invisible fold. Margins slightly spotted but very good condition.

Translation: The Cat, the weasel and the small rabbit (Fable). Fables de La Fontaine. The cat with the face of king Louis Philippe I. The terms of the Charter, French legislature in 1835.

ARTIKEL-NR. DGMS0056.    Preis 90,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Grandville - Allons donc! nous attendons! Original lithograph by Grandville, coloured by hand. caricature en lithographie (Paris), Aubert, around 1831.

Grandville (1803 - 1847) / La Caricature

"Allons donc! nous attendons!" (Come on! we are waiting!)

Original lithograph by Grandville, coloured by hand. caricature en lithographie (Paris), Aubert, around 1831. Image size 23 x 21,5 cm on sheet size 35,4 x 27,5 cm.

Printmaking by Lith. de Langlumé . With printed note Grandville et Guiaud au Magasin de Caricatures d' Aubert, Passage Véro Dodat. Verso with mounting vestiges. Margins slightly spotted but very good condition.

Grandville, that is Jean Ignace Isidore Gérard (Nancy 1803 - 1847 Vanves Paris).

ARTIKEL-NR. DGMS0043.    Preis 120,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Grandville - La Caricature (Journal No 32) N. 63. Crachez en l'air ca vous retombera sur le nez. Original lithograph, coloured by hand. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, 9 Juin 1831.

Grandville (1803 - 1847) / La Caricature

"Crachez en l'air ca vous retombera sur le nez" (Spit into the wind and your nose will get wet)

(Journal No 32) N. 63. Original lithograph, coloured by hand. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, 9 Juin 1831. Image size 30,5 x 20 cm sheet size 26,2 x 33,8 cm.

Printmaking by Lith. de Delaporte, S. de Langlumé . With printed note On s'abonne chez Aubert, Galerie Véro Dodat . Verso with mounting vestiges. Margins slightly spotted but very good condition.

Grandville, that is Jean Ignace Isidore Gérard (Nancy 1803 - 1847 Vanves Paris). In 1831, Louis Philippe was elected monarch. An elephant riding on a sheep.

ARTIKEL-NR. DGMS0054.    Preis 160,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Grandville / Desperet, Auguste - "La Caricature (Journal) No. 191, Pl. 401. "Hé bien ! vous devez être content ?... ça marche... je n'en descends pas mal !" demande la Mort à Louis-Philippe, qui parcourt la liste de ses ennemis. "- Oh ! il y en a encore diablement qui m'inquiètent !..." Original handcolored lithograph. (Paris), Aubert, 3 Juillet 1834.

Death to King Louis-Philippe in a caricature by Grandville from 1834

Grandville (1803 - 1847) / Auguste Desperet (1804 - 1865) / La Caricature

"Hé bien ! vous devez être content ?... ça marche... je n'en descends pas mal !" demande la Mort à Louis-Philippe, qui parcourt la liste de ses ennemis. "- Oh ! il y en a encore diablement qui m'inquiètent !..."
("Well, you must be happy? ... It works ... I do not go down well!" asks Death to King Louis-Philippe, who walks the list of his enemies. "- Oh, there's still that concern me terribly! ...")

La Caricature (Journal) No. 191, Pl. 401. Original handcolored lithograph. (Paris), Aubert, 3 Juillet 1834. Image size 22 x 25,5 cm on sheet size 26 x 33,5 cm.

Printmaking by "Lith. Delaunois, rue du Boutoy 19" , colored by hand. With printed note "au bureau chez Aubert pass. Véro Dodat". Verso with mounting vestiges. Sheet spotted (foxing) but very good condition.

ARTIKEL-NR. DGMS0252.    Preis 120,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Grandville, I. G. / Valier - La Caricature (Journal 28) Pl. 56. Le Bouquet Choui.... i / put , put, put! pan! pan , pan! brrrrr pan , papapapa pan! pan! pan! jwu 'pouf. Patapatapouf!!!! Lithographie par Valier, d’après Grandville. (Paris), Aubert, 12 Mai 1831

Grandville (1803 - 1847) / Valier / La Caricature

"Le Bouquet Choui.... i / put , put, put! pan! pan , pan! brrrrr pan , papapapa pan! pan! pan! jwu 'pouf. Patapatapouf!!!!"

La Caricature (Journal 28) Pl. 56. Lithographie par Valier, d’après Grandville. (Paris), Aubert, 12 Mai 1831. Image size 25,3 x 21,3 cm on sheet size 33,6 x 25,4 cm.

Printmaking by Lith. de Delaporte seur de Langlumé . With printed notes Lith. par Vatier d'aprés Grandville et On s'abonne chez Aubert Galerie véro dodat. Margins slightly spotted and darkened but very good condition. Grandville, that is Jean Ignace Isidore Gérard (1803 - 1847).

ARTIKEL-NR. DGMS0159.    Preis 95,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Grandville. - La Caricature (Journal) No. 231, Pl. 481. O Soleil de Juillet, viens vite! Original lithograph by Grandville. caricature en lithographie (Paris), Aubert, 9 Avril 1835.

Grandville (1803 - 1847) / La Caricature

"O Soleil de Juillet, viens vite!"

La Caricature (Journal) No. 231, Pl. 481. Original lithograph by Grandville. caricature en lithographie (Paris), Aubert, 9 Avril 1835. Image size 20,5 x 28,5 cm on sheet size 27 x 34,2 cm.

Printmaking by Lith. Delaunois, rue du Bouloi 19 . With printed note Au bureau chez Aubert galerie Véro-Dodat. Signed in the print G - D. Verso with mounting vestiges. With nearly invisible fold in the left bottom corner. Margins slightly spotted but very good condition.

Grandville (1803-1847) made this caricature five years after the July Revolution, when the popularity of Louis Philippe start to melt (Le roi Louis-Philippe en forme de poire). L'attentat du 28 juillet 1835.

ARTIKEL-NR. DGMS0044.    Preis 110,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Jeanron, Philippe-Auguste - "La Caricature (Journal) No. 117, Pl. 243. La République a pâli .." Original lithograph by Jean. (Paris), Aubert, 31 Janvier 1833.

Philippe-Auguste Jeanron (1809 - 1877) / La Caricature

"La République a pâli ........"

La Caricature (Journal) No. 117, Pl. 243. " Original lithograph by Jean. (Paris), Aubert, 31 Janvier 1833. Image size 22 x 18,5 cm on sheet size 33,5 x 26 cm.

Printmaking by "Lith. de Becquet, rue childebert 9" . With printed note "On s'abonne chez Aubert galerie verododat". Signed in the print "Jean". Verso with mounting vestiges. With slight horizontal fold in the middle. Margins little spotted but good condition.

Philippe-Auguste Jeanron (1809 - 1877) / King Louis-Philippe I in a morgue faces two republican victims, who were shot during a revolt in July 1832. One of the most shocking caricatures of that time.

ARTIKEL-NR. DGMS0249.    Preis 95,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Numa (Pierre Numa Bassaget) - "La Caricature (Journal) No. 70, Pl. 142. Le cachot sera desormais une vérité !" Original lithograph with folding-out to view into the jail. (Paris), Aubert, 1er Mars 1832.

Françoise Liberté (Francoise Désirée) en prison. The Freedom is arrested in a jail. La Caricature de Pierre Numa Bassaget, 1832.-

Numa (Pierre Numa Bassaget) / La Caricature

"Le cachot sera desormais une vérité !"

La Caricature (Journal) No. 70, Pl. 142. Original lithograph with folding-out to view into the jail. (Paris), Aubert, 1er Mars 1832. Image size 21 x 17 cm on sheet size 27,5 x 20,5 cm.

Printmaking by " Lith. de Delaporte" . With printed notes "On s'abonne chez Aubert galerie vero dodat". Verso with mounting vestiges. Sheet slightly spotted but very good condition.

Françoise Liberté (Francoise Désirée) en prison. The Freedom is arrested in a jail.

ARTIKEL-NR. DGMS0247.    Preis 190,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Numa (Pierre Numa Bassaget) - La Caricature (Journal) No. 60, Pl. 120. Né pour être épicier et devenir gendarme! Original handcoloured lithograph (Le garde national sous la monarchie de Juillet). The lithograph is not signed, the artist could be Pierre Numa Bassaget or Alexandre-Gabriel Decamps (Paris), Aubert, 22. Décembre 1831.

Numa (Pierre Numa Bassaget) / La Caricature

"Né pour être épicier et devenir gendarme!"

La Caricature (Journal) No. 60, Pl. 120. Original handcoloured lithograph (Le garde national sous la monarchie de Juillet). (Paris), Aubert, 22. Décembre 1831. Image size 24,6 x 16,4 cm on sheet size 33,2 x 24,3 cm.

Printmaking by Lith. de Delaporte . With printed notes On s'abonne chez Aubert galerie vero dodat. Verso with mounting vestiges. In the right margin are two strong folds and tears (2 cm) but the illustration is clean and bright and in good condition.

Le garde national sous la monarchie de Juillet. The lithograph is not signed, the artist could be Pierre Numa Bassaget or Alexandre-Gabriel Decamps.

ARTIKEL-NR. DGMS0131.    Preis 85,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Raffet, Auguste - La Caricature (Journal No 33) Pl. 66. Patriotes de tous pays, prenez à vous ! Original lithograph by Auguste Raffet with printed signatur in the plate. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, 16. Juin 1831

Auguste Raffet (1804 - 1860)  / La Caricature

"Patriotes de tous pays, prenez à vous !"

La Caricature (Journal No 33) Pl. 66. Original lithograph by Auguste Raffet with printed signatur in the plate. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, 16. Juin 1831. Image size 21,5 x 14,6 cm on sheet size 35,5 x 26,3 cm.

Printmaking by Lith. de Delaporte . With printed note On s'abonne chez Aubert, Galerie Véro Dodat. Signature printed in the stone-plate. Verso with mounting vestiges. Left bottom corner with nearly invisible folds. Margins slightly spotted but very good condition.

Auguste Raffet (1804 - 1860). The time after the Belgian Revolution of 1830.

ARTIKEL-NR. DGMS0052.   Preis 55,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Roubaud, Benjamin - Actualités - Aujourd'hui à minuit, grand bal masqué au théâtre de ***. Ces fêtes brillantes continuent à attirer l'elite de la Société Parisienne. (Extrait de tous les journaux). unsigned lithograph from Le Charivari (by Benjamin Roubaud) Actualités plate no. 90 from Le Charivari, 5 Mars 1835.

Benjamin Roubaud (1811 - 1847) / Le Charivari

"Actualités"
" Aujourd'hui à minuit, grand bal masqué au théâtre de ***. Ces fêtes brillantes continuent à attirer l'elite de la Société Parisienne. (Extrait de tous les journaux)"

Original lithograph from Le Charivari (by the artist Benjamin Roubaud) Actualités plate no. 90 from Le Charivari, 5 Mars 1835. Image size 19,5 x 28 cm on sheet size 25 x 33,3 cm.

Printmaking by "Imp. d' Aubert & Cie" . With printed note "Chez Bauger, Ed.rs Rue du Croissant, 16". Print on thick Velin paper. The lithograph is unsigned. Verso with mounting vestiges. Left bottom corner with fold. Sheet slightly spotted but very good condition.

Benjamin Roubaud (1811 - 1847). Satire de le carnaval parisien au temps de Balzac.

ARTIKEL-NR. DGMS0260.    Preis 75,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Traviès de Villers, Charles Joseph - La Caricature (Journal No. 68), Pl. 138. Qué drôles de têtes ! Original lithograph, coloured by hand. Caricature en Lithographie originale (Paris), Aubert, 16. Février 1832.

Traviès (Charles Joseph Traviès de Villers 1804 - 1859) / La Caricature

"Qué drôles de têtes !"

La Caricature (Journal No. 68), Pl. 138. Original lithograph, coloured by hand. Caricature en lithographie originale (Paris), Aubert, 16. Février 1832. Image size 23,5 x 20 cm on sheet size 35,4 x 26,2 cm.

Printmaking by Lith. de Delaporte . With printed notes Se vend chez l'editeur á S. Pélagie. Section Politique. and On s'abonne chez Aubert, Galerie Véro Dodat . Bottom corners with nearly invisible folds. Left and bottom margin with small tear (1 cm) but very good condition.

Charles-Joseph Traviès de Villers, dit Traviès, né le 21 février 1804 à Wulffing dans le canton de Zurich, et décédé le 13 août 1859 à Paris est un dessinateur de nationalité suisse, naturalisé français. / Qué drôles de têtes. Une poire (King Louis-Philippe of France) et un Concombre (le duc d'Orléans) se promènent bras dessus bras dessous, et un titi parisien s'esclaffe en les voyant.

ARTIKEL-NR. DGMS0053.    Preis 120,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Traviés, C. J. (Charles Joseph) - "La Caricature (Journal) No. 87, Pl. 174. Dieu de Dieu! Général, il faut avouer que vous nous avez fait la un fichu cadeau vrai !" Original lithograph by Charles Joseph Travies. (Paris), Aubert, 5. Juillet 1832.

Maybe this caricature is showing Georges Mouton (21 février 1770 à Phalsbourg - 27 novembre 1838 à Paris), est un général français, comte d'Empire, maréchal et pair de France.

detail from the original lithograph by Charles Joseph Travies. (Paris), Aubert, 5. Juillet 1832. Image format 20,5 x 19,5 cm on format 33,5 x 25,5 cm. Printmaking by "Lith. de Becquet, rue childebert 9" . With printed note "On sabonne chez Aubert galerie verododat". Signed in the print "C. J. Traviés".

Traviès (Charles Joseph Traviès de Villers 1804 - 1859) / La Caricature

"Dieu de Dieu! Général, il faut avouer que vous nous avez fait la un fichu cadeau vrai !"

La Caricature (Journal) No. 87, Pl. 174. Original lithograph by Charles Joseph Travies. (Paris), Aubert, 5. Juillet 1832. Image size 20,5 x 19,5 cm on sheet size 33,5 x 25,5 cm.

Printmaking by "Lith. de Becquet, rue childebert 9" . With printed note ""On s'abonne chez Aubert galerie verododat"". Signed in the print "C. J. Traviés". Verso with mounting vestiges. With slight horizontal fold in the middle. Sheet slightly spotted but good condition.

Charles Joseph Travies (1804 - 1859). Maybe this caricature is showing Georges Mouton (21 février 1770 à Phalsbourg - 27 novembre 1838 à Paris), est un général français, comte d'Empire, maréchal et pair de France.

ARTIKEL-NR. DGMS0248.    Preis 95,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Vernier, Charles - La Polkamanie (plate no.) 1. "La Polka". Original lithograph from the magazine Le Charivari by Charles Vernier. (Paris), Aubert, around 1855.

Charles Vernier (1831 - 1887) / Le Charivari

"La Polka"

La Polkamanie (plate no.) 1. Original lithograph from the magazine Le Charivari by Charles Vernier. (Paris), Aubert, around 1855. Image size 21,8 x 16,9 cm on sheet size 36,1 x 23,5 cm.

Printmaking by Imp. d'Aubert & Cie , printed on reverse. With printed note Chez Aubert, Pl. de la Bourse 29. Signed in the print Ch. Vernier. With nearly invisible fold in the middle. Margins slightly spotted but very good condition.

Charles Vernier (1831 Paris - 1887 Versailles). Texte ci-dessous l'image: Depuis longtemps les dames du grand monde révoltées, du laisser-aller qui régnait dans les bals publics et meme particuliers, éprouvaient le besoin de voir apparaitre enfin das les salons une danse de bon goût et complétement décente - En consequence on emprunta à la Boheme le ravissant pas de la Polka. N. B. - En Bohème on écrit Polka mais on prononce Kankanka!

ARTIKEL-NR. DGMS0153.    Preis 45,00 € inkl. MwSt., zzgl. Versand DE 5 €, Europa 11 €. Lieferzeit 3-5 Tage. Zahlungsarten: PayPal / Überweisung.

 

Information about Charles Philipon

Charles Philipon (19 April 1800 – 25 January 1861). Born in Lyon, he was a French lithographer, caricaturist and journalist. He was the editor of the La Caricature and of Le Charivari, both satirical political journals.
Charles Philipon

Charles Philipon (Lyon , 19 April 1800 or September - Paris , 25 January 1862 of an enlarged heart ) is an illustrator , lithographer , journalist, founder of the publishing house Aubert , director of La Caricature and Charivari.

Charles Philipon comes from a small family Lyon bourgeoisie. His father, Étienne Philipon was Hatter and manufacturer and trader of wallpaper. He enthusiastically welcomed the revolution of 1789. According to Pierre Larousse1 a relationship existed with Manon Roland , General Philipon and Philipon de la Madelaine .

According to incomplete studies at Lyon and Villefranche -sur- Saône , Charles Philipon teaches drawing at the Ecole des Beaux- Arts de Lyon , then in 1819 left his hometown to Paris where he goes for a year in the artist's studio Antoine Gros. In 1821, at the request of his father, who intends to trade , he returned to Lyon and handles for three years drawing factory. If this activity hardly seems to suit him , it will leave traces in the work of designer and publicist . In 1824, in a difficult economic and social context , he participated in the carnival Lyon a festive parade considered seditious ; arrested, he will be acquitted for lack of fillers.

He finally left Lyon for Paris where he reunites with his old friends from the workshop Gros. One of them , Charlet, renowned artist , took him under his wing and introduced him to lithography, the technique spread in France in the 1820s . Philipon found employment as a lithographer and artist draws for picture books and fashion magazines , he showed invention using lithography to lead chimney. It binds with the Liberals and satirists, attends workshop Grandville (1827) , joins two years later to the creation of the newspaper La Silhouette (1829) which he worked as an editor and designer.

Its financial contribution to the company is small. Editorially , its contribution seems to have focused on the organization of the lithographic part , which was the originality of the paper, where the same importance was given to the text and the illustration. If Silhouette had no definite political line , it became more and more offensive approach in July 1830 . It is in this journal that publishes Philipon April 1, 1830 the first political cartoon , " Charles X Jesuit ."

He sent his son , Gabriel Aubert , with whom he teamed to create 15 December 1829 the publishing house Aubert , shop prints located in Paris , Veronique Dodat pass , and would become in the following years a "place of breathtaking war" (Ch. Lèdre ) . A business birth

After the revolution of July 1830 , Philipon published Nov. 4 of that year an illustrated weekly under the title Cartoon moral , religious , literary and scenic . Sold by subscription only , it has four pages of text and two lithography in a larger than Silhouette format. Associated with the creation of Philipon newspaper, Honoré de Balzac wrote in the prospectus and gave it under various pseudonyms thirty articles until February 18322 and testing Small Miseries of married life in 1830. The journal is primarily designed as an elegant illustrated magazine , the neat drawings, printed on vellum paper. The lithographs are printed on separate text and tear sheets . At first , La Caricature adopts a non-political attitude before turning in spring 1832 in opposition to the plan member of the July Monarchy . Title page of the Charivari , 1833

On 1 December 1832 Philipon publishes Le Charivari , a daily illustrated with four pages in a smaller Caricature format. More varied and more "popular" than its predecessor , it is not limited to political caricature. Charivari is intended , according to the prospectus , a " comprehensive overview which recur constantly , by pencil and pen , all the various aspects of this kaleidoscopic world in which we live." The lithographs are of lower quality than in La Caricature , but better integrated into the text. Thereafter , the presentation of Charivari bring significant changes.

Owner of these two newspapers, Philipon has the full control for both administrative and physical part for editorial and artistic part . He chooses his collaborators, dealing with suppliers in the market as well as financial management. In an obituary published in 1862 , Nadar the credits of " extraordinary lucidity in business " coupled with " inexhaustible fertility of invention and means " 3 . Employer of his artist friends , it defines the objectives with them , suggest topics , coordinating text and lithography. He does not hesitate to ask for changes to avoid censorship. To ensure editorial consistency , writing is reduced to a small team of highly dedicated journalists (in February 1834 , they are seven Philipon included) 4. La Maison Aubert (1831) The temptations of the devil (1830)

The testimony of his contemporaries emphasize charisma Philipon . He was " the soul of the company." According Champfleury , " he led a large group of pencils , called him the young men breathed their flame , gave ideas to those who did not have " 5. If draws little himself , he puts all his enthusiasm in lithographs . When Silhouette disappears early January 1831, he has on the market a near monopoly . In 1836 , a third of lithographs published in the capital will come from Aubert6 House . However , the company has retained its family character , besides his son , Gabriel Aubert, especially his sister , Marie- Françoise Aubert, it contributed effectively. Intense years (1830-1835) The campaign against Louis -Philippe (1830-1832)

In the fall of 1830 Philipon , as supporters of the Revolution of July , expect a lot of the new regime . The first issues of La Caricature are free from political office . "Firstly , drawings stood outside politics, merely represent popular or familiar scenes , accidentally attacking men and things thrown down by the heroic revolution of July " 7 . Editor and friend Philipon , Balzac contributed extensively in this period, signing his articles under various pseudonyms , as was often the case. The persistence of anti-clericalism already present there in Silhouette and manifests itself in texts such as illustrations . The memory of Napoleon still alive.

In late December 1830 - early 1831, the tone changes . In January , a lithograph Decamps, Freedom to post ( La Caricature , January 27, 1831 ) , gives the signal. Attached to the " pole of shame ", Françoise Freedom, " was born in Paris in 1790 ," pay " by order of the provost court" [...] " for the crime of rebellion in the days of 27, 28, 29 July in 1830 . " This " super board " refers explicitly to the law of December 4, 1830 that restores stamp duty and security for newspapers. It will be followed in March 1831 by another lithograph Decamps , Freedom (Françoise Désirée ) daughter of the people , born in Paris July 27, 1830 , where a girl symbolizing freedom is held in check by a group of men who try to remember (La Caricature, March 3, 1831 ), they represent the party of resistance opposed to reform. In the foreground we recognize without difficulty "citizen king " and the serene face , it seems to control the situation .

From that moment, the caricature is more political satire and gradually spread to all sections . She does not hesitate to take to the king and his ministers. This is not the "Charter" , abused , but the "burden" that will now be a vérité8 . Speaking later to a friend, Philipon wrote: " The Golden age did not last long , you will see, after a dozen numbers dawning political cartoons , soft first, very aggressive , and you will see it come back more often , more often, and more intense, until it occupies only the newspaper and become ruthless " 9.

In addition to the long Caricature ( 17 November 1831 ) sets out the main Philipon grievances made to the government . In addition to the new laws " as stringent as under Charles X " and jeopardize its business release ( less than two years , La Caricature will incur seven trials and four convictions , not counting the many foreclosures that penalize its trading ) he denounces the end of liberal institutions , non- compliance with the Charter , profiteering , the dropping of Poland , illustrated by a lithograph of Grandville and Forest ( " order reigns in Warsaw» Aubert , September 20, 1831 ) 10 .

Alienation vis-à- vis the regime is expressed in a cartoon Philipon published as foam Aubert July by the House ( 26 February 1831 ) . Better known as The soap bubbles , it shows Louis -Philippe carelessly blowing the bubbles that shows the unfulfilled promises freedom of the press, popular elections , mayors elected by the people , more than sinecures etc.  Prosecuted for insulting the king, Philipon will eventually acquitted. He returned a few months later with another lithograph , known as The Cosmetic repair (La Caricature, June 30, 1831 ) , where the king is represented symbolically mason erasing the traces of the July Revolution. He returned for trial in the Assize Court . Louis -Philippe transformed into pear ( drawing Ch.Philipon ) Trial and conviction

The " coup de theater " occurs at the hearing on 14 November 1831 when facing the judges , Philipon sure to be condemned , plays his all and shows a deft that " everything can look like the king " argument, and that it can not be held responsible for this resemblance . And illustrate its defense by the metamorphosis of his portrait pear. These are the famous " croquades made at the hearing on 14 November 1831 ." Success is immense : " What I had foreseen happened . The people seized by a mocking image, a simple image design and simple shape , began to imitate this wherever he found a way to make charcoal image smearing , scratching a pear. Pears soon covered all the walls of Paris and spread to all parts of the walls of France "11. More broadly, the event was a tribute to the art of caricature ( Champfleury Philipon called it the " Juvenal caricature ") that transforms the target to reveal the essential features .

Beyond the person of the king, the "pear" symbolized the regime and its cronies . It was taken extensively by artists working with Philipon , including Daumier ( A huge pear hanging by the commoners ) , Grandville ( The Birth of the Juste- Milieu ) Travies (Mr. Mahieux poiricide ) Bouquet ( Pear and pips) . A peak will be reached when Philipon publish the Project Atonement pear monument erected on the Place de la Revolution , precisely the place where Louis XVI was guillotined (La Caricature, June 7, 1832 ) will be taxed incentive regicide .

At the end of his trial before the Assize Court , Philipon was convicted of " contempt of the king's person ." Arrested Jan. 12, 1832 , he had served six months in prison and pay a fine of 2,000 francs , which were added seven months related to other grounds of conviction. He was transferred to the prison Sainte- Pelagie , and home health Dr. Pinel, where the regime is more favorable.

The final break with the July Monarchy occurred on 5 and 6 June 1832 , at the funeral of General Lamarque , which turned into rebellion harshly repressed . Philipon had just publish and sign the " Project for a monument pear Atonement ." Fearing for his life , he hides in Paris until the end of the siege. He returned to Sainte- Pelagie 5 September 1832 and finally released from prison Feb. 5, 1833 .

By bitterness of a regime that " persecuted " and probably under the influence of contacts in prison, his positions had firmed . After hoped a "liberalism compatible with monarchy" , it became Republican in itself. But he had never ceased to be ? Philipon proclamation published in La Caricature ( 27 December 1832 ) , true profession of faith, leaves no doubt about it : " We repeat, we are what we were there twelve years , frank and pure republicans . Who says otherwise is an impostor who says behind us in ambiguous terms is a coward . " The Republican commitment (1833-1835)

At the time of his first political cartoons , Philipon had already established contacts with Republican circles . Number of artists who gravitated around him were republican conviction or at least sympathizers. From November 1831 to March 1832 , a list of subscriptions is launched from La Caricature , and a second call is made a year later in Le Charivari without much success, the economic situation there is hardly suitable . From 1833 to tighten the links . In La Caricature 11 April of that year, Philipon publishes Bluebeard , white and red by Grandville and Desperet , an openly militant lithography. The advent of the republic is announced in the manner of a tale by Perrault : "The press , my sister , do you see anything coming ? " . While Louis -Philippe , back ( a subterfuge designed to avoid censorship ) , is about to stab the constitution, the herald symbolizing the press carries on its banner the word " Republic " and his trumpet and National Tribune , title two newspapers of the Republican opposition.

In 1834 , these links are strengthened. To keep a few exemples12 , Le Charivari made fundraising for several republican associations. The same year, Philipon is among the founders of the Republican Journal ( February 1834 ) which he owns shares . At the Hotel Colbert where offices are located Charivari , two Republican newspapers, The National and The Common sense will also have their neighborhood. This is where stood Gregory , the most prominent Republican printer Paris , which Aubert and Philipon associated as shareholders.

These expressions of solidarity are reflected in the lithographs in which the figure of the proletariat is at the center of several caricatures : Ouch therefore proletarian ! by Benjamin Roubaud ( Le Charivari , December 1, 1833) and Do not rub it ! Daumier , published in Monthly Association ( June 20, 1834 ) , a supplement created by Philipon to train , by voluntary subscription , a reserve fund . In this lithograph , considered by Philipon as " one of the best political sketches made in France ", a typographer full force at the forefront defies away frail figures of Louis -Philippe and Charles X. However, Philipon remain a Republican "patriot" in the tradition of 1789, more sensitive to political freedom only if the working masses. The massacre street Transnonain ( 14 April 1834 ) , seen by Honoré Daumier .

Commitment can not be denied the uprisings harshly repressed Lyon (April 9 ) and Paris (13 April). Several lithographs emerge , including Hercules winner Travies ( La Caricature , 1 May 1834) and especially Rue Transnonain Daumier ( Monthly Association , September 24, 1834 ), which refers to the killing by troops of the inhabitants of this street 15 April 1834 . "This is not a caricature ," says Philipon , " it is not a burden , it's a bloody page of our modern history page drawn by a strong hand and dictated by an old indignation " ( La Caricature , October 2, 1834 ) .

July 28, 1835, bombing of Fieschi has immediate consequences : arrest of Armand Carrel at the Hotel Colbert, ransacking offices Charivari , an arrest warrant is issued against Philipon and that Desnoyers prefer to escape and hide . The day before the attack , had published Philipon red number Charivari , real firebrand with as an article a list of men, women and children killed by the troops and the National Guard since 1830. He was accompanied by a lithograph Travies ironically titled " Personification of the sweetest and most humane system " ( Le Charivari , July 27, 1835 ) , where the body of the "patriots" murdered forms an image of Louis -Philippe back. Philipon be accused of " moral complicity " in the attack.

On 5 August 1835 , new press laws are presented in the House. At the meeting of August 29 , Thiers said: " There is nothing more dangerous [...] that infamous caricatures, seditious designs , there is no more direct provocation to attack " ( The universal monitor, August 30, 1835 ) . Caricature ceased publication . In November 1835 , Le Charivari is sold for a pittance , but Philipon canned Officer until 1838. Taking stock of five years, he wrote : "I started November 4, 1830 the country's liberal illusions and I arrived in September 1835 in the kingdom of the saddest realities" 13. The political cartoon satire of manners (after 1835)

If the " September Laws " mark the end of the political cartoon in his " vehement " version Philipon not remains active . In addition to the reissue of La Caricature Caricature became Provisional (1838) , also called " non-political cartoon ," he published in Le Charivari series Robert Macaire ( 1836-1838 ), the Museum to laugh designs for all cartoonists Paris (1839-1840) , the Museum or comic store Philipon (1843) , Paris comic (1844) , Le Journal pour rire ( 1848-1855 ) , became the fun Journal (1856 ), where the proceeds essentially comic satire manners .

The purpose of this "library for fun " is to distract and entertain through the creation of " social types " representative , the physiologies , very popular with the public. The most emblematic kinds were illustrated in particular by Daumier ( Ratapoil , Robert Macaire ) Travies ( M.Mayeux ), Henry Monnier (Joseph Prudhomme ) Gavarni (Thomas Vireloque ) . Vogue physiologies was conducive to Aubert House : February 1841 to August 1842 , she published thirty to two different physiologies representing three quarters of production in this period.14 . Robert Macaire business agent

However, it is not always easy to disentangle the social satire of political satire . In this regard , the series of Robert Macaire is highly significant . Composed and drawn by Daumier about ideas and legends Philipon , all met in volume under the title Les Cent and Robert Macaire (1839) . The large drawings are reduced and accompanied by a comic and narrative written by journalists Alhoy Maurice and Louis Huart . Emphatically presented as an avatar of Don Quixote and Gil Blas , the character of Robert Macaire, in tandem with the naive Bertrand , embodies in its facets and multiple roles a social type characterized by the term " floueur " master diddle all kinds and emblem dominated by the interest and profiteering society ( Marx refer to Louis -Philippe as to " Robert Macaire on his throne "). This " high comedy " that offers the company a particularly cynical and ruthless image is reminiscent of the Human Comedy of Balzac, she would somehow pendant for caricature.

In the same period, Philipon publishes The Floueur (1850 ), the first series of the Library for fun , the Anglo- French Museum ( 1855-1857 ) in collaboration with Gustave Doré , Aux proletarians (with Altaroche Agenor , 1838) and parody wandering Jew ( Louis Huart, 1845) , inspired by the work of Eugène Sue . (taken from the English Wikipedia)

to top

 

Charivari - Information Français

Le Charivari est un journal illustré satirique français, qui parut de 1832 à 1937. Fondé en 1832, sous le règne de Louis-Philippe, par le journaliste républicain Charles Philipon, il devient rapidement un moyen de communication de l’opposition, dans le même mouvement railleur que l’hebdomadaire La Caricature créé en 1830. Il ridiculise avec entrain la monarchie de Juillet et la bourgeoisie et fut souvent condamné par les tribunaux.

Les lois de septembre 1835, faisant suite aux grèves et aux émeutes de 1833 et 1834, condamneront plusieurs journaux dont La Gazette, La Quotidienne, La Tribune, Le Réformateur et Le Charivari, qui est astreint à un cautionnement de 100 000 francs et doit soumettre ses dessins à l’examen de la censure. Armand Dutacq, directeur-fondateur du journal Le Siècle, rachète Le Droit et Le Charivari. Ces lois entraînent de lourdes peines d’emprisonnement et de fortes amendes pour les gérants des journaux, ainsi Massy subit-il les conséquences de ces lois, alors que la direction du journal revient à Agénor Altaroche, qui fait appel à Eugène Guinot, H. Lucas, Albéric Second, Alphonse Esquiros, Émile de La Bédollière, et les poètes Hegesippe Moreau et L.-A. Berthaud. En 1838 de nouvelles modifications sont apportées à la direction du journal, Altaroche reste rédacteur-en-chef et s’adjoint comme collaborateurs Albert Cler, Taxile Delord, Clément Caraguel, Laurent-Jan, F. Pyat, Philibert Audebrand et Moléri.

Les auteurs Taxile Delord, Old Nick; Agenor Altaroche, Albert Cler, Louis Huart, Clément Caraguel, qui passera aux Débats, y écrivent sous la direction de Louis Desnoyers, alors le rédacteur en chef, ainsi que vers la fin du Second Empire, Henry Maret, Philibert Audebrand et Charles Bataille. Mais dans l’optique du journal, les caricaturistes tels que Valère Morland, Gaspard-Félix Tournachon dit « Nadar », célèbre photographe qui y fut aussi caricaturiste, Grandville, avec ses animaux anthropomorphes, Eugène Forest, Charles Vernier, Gustave Doré, Alexandre-Gabriel Decamps, Achille Devéria, André Gill, Alfred Le Petit, Alfred Grévin, Henri Monnier, Pruche, Travies, Maurice Loutreuil, Louis Touchagues, Henri Maigrot dit Henriot, Jules Renard dit Draner, Trimolet, Paul Gavarni, qui caricature la vie parisienne, Cham, qui railla, entre autres, les impressionnistes, et Honoré Daumier, qui y représente son personnage de Robert Macaire, font la part belle aux journalistes. Cham et Daumier, qualifiés de « Michel-Ange de la caricature » par Théodore de Banville dans La Revue de Paris en octobre 1851.

Le journal Le Charivari apparaît à première vue comme un journal républicain dans la même veine que Le Siècle, donc un journal politique ; or de par sa présentation, largement illustrée et son ton léger, il s’apparente plus à la presse à vocation purement distractive. Les débuts du journal sont marqués par le raillant du fondateur Philippon qui s’estompe avec le changement entraîné par le rachat du journal par Dutacq. Le 24 février 1848, le Charivari s’engage dans une nouvelle voie d’attaque contre les révolutionnaires, les chefs de club, et tournant en dérision les excentricités de l’époque, dans un dessein « Conservateur, mais sincèrement libéral ». L’élection de Louis-Napoléon Bonaparte met un frein, pendant un court moment, au mordant du journal, qui reparait sous la rédaction nouvelle de Louis Huart, Delord, Caraguel et Arnaud Fremy ; le Second Empire marqua une période moins politique pour le journal, dans une veine plus distractive. À la fin du Second Empire, le Charivari s’illustre dans ses positions anticléricales et républicaines, dirigé par Henry Haret, Leroy, Philibert Audebrand, Charles Bataille, avec comme principaux caricaturistes Cham, Daumier, Darjour, Paul Hadol et Valère Morland.

Charles Philipon (Lyon, 19 avril 1800 ou septembre - Paris, 25 janvier 1862 d'une hypertrophie du cœur) est un dessinateur, lithographe, journaliste, fondateur de la maison d'édition Aubert, directeur de La Caricature et du Charivari.

Charles Philipon est issu d'une famille de petite bourgeoisie lyonnaise. Son père, Étienne Philipon, fut chapelier, puis fabricant et marchand de papier peint. Il accueillit avec enthousiasme la révolution de 1789. Selon Pierre Larousse1, un lien de parenté existait avec Manon Roland, le général Philipon et Philipon de la Madelaine.

Après des études incomplètes à Lyon et Villefranche-sur-Saône, Charles Philipon apprend le dessin à l'école des Beaux-Arts de Lyon, puis en 1819 quitte sa ville natale pour Paris où il entre pour un an dans l'atelier du peintre Antoine Gros. En 1821, à la demande de son père qui le destine au commerce, il revient à Lyon et s'occupe durant trois ans de dessin de fabrique. Si cette activité ne paraît guère lui convenir, elle laissera des traces dans ses travaux de dessinateur et publiciste. En 1824, dans un contexte économique et social tendu, il participe lors du carnaval de Lyon à une parade festive jugée séditieuse ; arrêté, il sera finalement acquitté, faute de charges.

Il quitte définitivement Lyon pour Paris où il renoue avec ses anciens amis de l'atelier de Gros. L'un d'eux, Charlet, artiste reconnu, le prend sous son aile et l'initie à la lithographie, dont la technique se répand en France dans les années 1820. Philipon trouve à s'employer comme artiste lithographe et dessine pour des imagiers et des journaux de mode ; il fait preuve d'invention en appliquant la lithographie aux devants de cheminée. Il se lie avec des écrivains libéraux et satiriques, fréquente l'atelier de Grandville (1827), s'associe deux ans plus tard à la création du journal La Silhouette (1829) auquel il collabore comme rédacteur et dessinateur.

Son apport financier à cette entreprise est modeste. Sur le plan éditorial, sa contribution semble avoir porté principalement sur l'organisation de la partie lithographique, qui faisait l'originalité de ce journal, où une même importance était accordée au texte et à l'illustration. Si La Silhouette n'avait pas de ligne politique bien définie, elle devint de plus en plus offensive à l'approche de juillet 1830. C’est dans ce journal que Philipon publie le premier avril 1830 sa première caricature politique, « Charles X en jésuite ».

Il fait venir son gendre, Gabriel Aubert, avec lequel il s'associe pour créer le 15 décembre 1829 la maison d'édition Aubert, une boutique d'estampes située à Paris, passage Véro-Dodat, et qui allait devenir dans les années suivantes une « place de guerre imprenable » (Ch. Ledré).

Après la révolution de Juillet 1830, Philipon fait paraître le 4 novembre de cette même année un hebdomadaire illustré sous le titre La Caricature morale, religieuse, littéraire et scénique. Vendu uniquement par abonnement, il comporte quatre pages de texte et deux de lithographie dans un format plus grand que La Silhouette. Associé avec Philipon à la création du journal, Honoré de Balzac en rédigea le prospectus et y donna sous divers pseudonymes une trentaine d'articles jusqu'en février 18322, ainsi que l'essai Petites Misères de la vie conjugale en 1830. Le journal est d’abord conçu comme une revue illustrée élégante, aux dessins soignés, imprimée sur papier vélin. Les lithographies sont imprimées sur des feuilles séparées du texte et détachables. Dans un premier temps, La Caricature adopte une attitude non politique avant de se transformer, au printemps 1832, en organe d’opposition au régime de la monarchie de Juillet.

Le 1er décembre 1832, Philipon publie Le Charivari, un quotidien illustré comprenant quatre pages dans un format plus petit que La Caricature. Plus varié et plus « populaire » que son aîné, il ne se limite pas à la caricature politique. Le Charivari se veut, selon le prospectus, un « panorama complet où se reproduisent incessamment, par le crayon et par la plume, tous les aspects divers de ce monde kaléidoscopique où nous vivons ». Les lithographies y sont de moindre qualité que dans La Caricature, mais mieux intégrées au texte. Par la suite, la présentation du Charivari connaîtra d'importants changements.

Propriétaire de ces deux journaux, Philipon en a la maîtrise entière, tant pour la partie administrative et matérielle que pour la partie rédactionnelle et artistique. Il choisit ses collaborateurs, s'occupe du marché avec les fournisseurs ainsi que de la gestion financière. Dans un obituaire publié en 1862, Nadar le crédite d'une « prodigieuse lucidité dans les affaires » doublée d'une « inépuisable fécondité de moyens et d'invention » 3. Employeur de ses amis artistes, il définit avec eux les objectifs, suggère les sujets, coordonne texte et lithographie. Il n'hésite pas à demander des modifications pour éviter la censure. Afin d'assurer la cohérence éditoriale, la rédaction est réduite à une petite équipe de journalistes fortement dédiés (en février 1834, ils sont sept, Philipon inclus)4.

Les témoignages de ses contemporains soulignent le charisme de Philipon. Il fut « l'âme de l'entreprise ». Selon Champfleury, « il dirigeait les crayons d'un groupe nombreux, appelait à lui les jeunes gens, leur insufflait la flamme, donnait des idées à ceux qui n'en avaient pas » 5. S'il dessine peu lui-même, il met tout son enthousiasme dans les lithographies. Lorsque La Silhouette disparaît début janvier 1831, il dispose sur ce marché d'un quasi monopole. En 1836, un tiers des lithographies parues dans la capitale proviendront de la Maison Aubert6. Cependant, l'entreprise a conservé son caractère familial ; outre son gendre, Gabriel Aubert, sa sœur surtout, Marie-Françoise Aubert, y contribua efficacement.

À l'automne 1830, Philipon, à l'instar des partisans de la révolution de Juillet, attend beaucoup du nouveau régime. Les premiers numéros de La Caricature sont exempts de charges politiques. « Tout d'abord, les dessins se tinrent en dehors de la politique, se bornant à représenter des scènes populaires ou familières, s'attaquant accidentellement aux hommes et aux choses jetés bas par l'héroïque révolution de Juillet »7. Rédacteur en chef et ami de Philipon, Balzac y contribua abondamment dans cette période, signant ses articles sous divers pseudonymes, comme c'était souvent le cas. On note la persistance d'un anticléricalisme déjà présent dans La Silhouette et qui se manifeste dans les textes comme dans les illustrations. Le souvenir de Napoléon reste encore vivace.

Fin décembre 1830 - début 1831, le ton change. En janvier, une lithographie de Decamps, La liberté au poteau (La Caricature, 27 janvier 1831), en donne le signal. Attachée au « poteau d'infamie », Françoise Liberté, « née à Paris en 1790 », est condamnée « par arrêt de la cour prévôtale » [...] « pour crime de révolte dans les journées des 27, 28, 29 juillet 1830 ». Cette « superbe planche » renvoie explicitement à la loi du 4 décembre 1830 qui rétablit le droit de timbre et le cautionnement pour les journaux. Elle sera suivie en mars 1831 par une autre lithographie de Decamps, Liberté (Françoise Désirée) fille du peuple, née à Paris le 27 juillet 1830, où une fillette symbolisant la liberté est tenue en laisse par un groupe d'hommes qui tentent de la retenir (La Caricature, 3 mars 1831) ; ils représentent le parti de la résistance, opposé aux réformes. Au premier plan, on reconnaît sans mal le « roi citoyen » ; le visage serein, il semble maîtriser la situation.

À partir de ce moment, la caricature se fait de plus en plus politique et la satire s'étend progressivement à l'ensemble des rubriques. Elle n'hésite plus à s'en prendre au roi et à ses ministres. Ce n'est pas la « Charte », maltraitée, mais la « charge » qui sera désormais une vérité8. S'adressant plus tard à un ami, Philipon écrira : « L'âge d'or n'a pas duré longtemps ; tu verras, après une douzaine de numéros, poindre la caricature politique, douce d'abord, peu agressive, et tu la verras revenir plus souvent, plus souvent encore, et plus vive, jusqu'à ce qu'elle occupe seule le journal et devienne impitoyable »9.

Dans un long supplément de la La Caricature (17 novembre 1831), Philipon énonce les principaux griefs faits au gouvernement. Outre les nouvelles lois sur la presse « aussi rigoureuses que sous Charles X » et qui mettent en péril son activité (en moins de deux ans, La Caricature aura sept procès et encourra quatre condamnations, sans compter les nombreuses saisies qui pénalisent son négoce), il dénonce la fin des institutions libérales, le non-respect de la Charte, l'affairisme, le lâchage de la Pologne, illustré par une lithographie de Grandville et Forest (« L'ordre règne à Varsovie », Aubert, 20 septembre 1831)10.

La désaffection vis-à-vis du régime s'exprime dans une caricature de Philipon publiée sous le titre Mousse de juillet par la Maison Aubert (26 février 1831). Plus connue comme Les Bulles de savon, elle montre Louis-Philippe soufflant négligemment sur les bulles où sont affichées les promesses non tenues : liberté de la presse, élections populaires, maires nommés par le peuple, plus de sinécures etc. Poursuivi en justice pour offense au roi, Philipon sera finalement acquitté. Il récidive quelques mois plus tard avec une autre lithographie, connue sous le titre Le Replâtrage (La Caricature, 30 juin 1831), où le roi est représenté en maçon effaçant symboliquement les traces de la révolution de Juillet. Il retourne en jugement devant la Cour d'assises.

Le « coup de théâtre » survient à l'audience du 14 novembre 1831 lorsque face aux juges, Philipon, persuadé d'être condamné, joue son va-tout et démontre dans une argumentation adroite que « tout peut ressembler au roi », et qu'il ne peut être tenu pour responsable de cette ressemblance. Et d'illustrer sa défense par la métamorphose de son portrait en poire. Ce sont les fameuses « croquades faites à l'audience du 14 novembre 1831 ». Le succès est immense : « Ce que j'avais prévu arriva. Le peuple saisi par une image moqueuse, une image simple de conception et très simple de forme, se mit à imiter cette image partout où il trouva le moyen de charbonner, barbouiller, de gratter une poire. Les poires couvrirent bientôt toutes les murailles de Paris et se répandirent sur tous les pans de murs de France »11. Plus largement, l'événement constituait un hommage à l'art de la caricature (Champfleury qualifia Philipon de « Juvénal de la caricature ») qui transforme sa cible pour en révéler les traits essentiels.

Au-delà de la personne du roi, la « poire » symbolisait le régime et ses affidés. Elle fut reprise abondamment par les artistes travaillant avec Philipon, parmi lesquels Daumier (Une énorme poire pendue par les hommes du peuple), Grandville (La naissance du Juste-Milieu), Traviès (M. Mahieux poiricide), Bouquet (La poire et ses pépins). Un sommet sera atteint lorsque Philipon publiera le Projet du monument expia-poire à élever sur la place de la Révolution, précisément à la place où fut guillotiné Louis XVI (La Caricature, 7 juin 1832). Il sera taxé d'incitation au régicide.

À l'issue de son procès devant la cour d'assises, Philipon fut condamné pour « outrages à la personne du roi ». Arrêté le 12 janvier 1832, il dut purger six mois de prison et verser 2000 francs d'amende, auxquels s'ajoutèrent sept mois liés à d'autres motifs de condamnation. Il est transféré à la prison Sainte-Pélagie, puis à la maison de santé du Dr Pinel, où le régime est plus favorable.

La rupture définitive avec la monarchie de Juillet se produisit les 5 et 6 juin 1832, lors des funérailles du général Lamarque, qui se transformèrent en rébellion durement réprimée. Philipon venait juste de publier et signer le « Projet d'un monument expia-poire ». Craignant pour sa vie, il se cache dans Paris jusqu'à la fin de l'état de siège. Il retourne à Sainte-Pélagie le 5 septembre 1832 et sort définitivement de prison le 5 février 1833.

Par amertume d'un régime qui le « persécutait », et probablement aussi sous l'influence des contacts établis en prison, ses positions s'étaient affermies. Après avoir espéré un « libéralisme compatible avec une monarchie », il était devenu républicain à part entière. Mais avait-il jamais cessé de l'être ? Une proclamation de Philipon paru dans La Caricature (27 décembre 1832), véritable profession de foi, ne laisse planer aucun doute à ce sujet : « Nous le répétons, nous sommes ce que nous étions il y a douze ans, francs et purs républicains. Qui dit le contraire est un imposteur ; qui le dit derrière nous en termes ambigus est un lâche ».

À l'époque de ses premières caricatures politiques, Philipon avait déjà noué des contacts avec les milieux républicains. Nombre des artistes qui gravitaient autour de lui étaient de conviction républicaine ou tout au moins sympathisants. De novembre 1831 à mars 1832, une liste de souscriptions est lancée auprès de La Caricature, et un deuxième appel est fait un an plus tard dans Le Charivari sans grand succès, la situation économique ne s'y prêtant guère. À partir de 1833, les liens se resserrent. Dans La Caricature du 11 avril de cette même année, Philipon publie Barbe bleue, blanche et rouge par Grandville et Desperet, une lithographie ouvertement militante. L'avènement de la république y est annoncé à la manière d'un conte de Perrault : « La presse, ma sœur, ne vois-tu rien venir ? ». Tandis que Louis-Philippe, de dos (un subterfuge destiné à éviter la censure), s'apprête à poignarder la constitution, le héraut symbolisant la presse porte sur sa bannière le mot « République » et sur sa trompette Tribune et National, titres de deux journaux de l'opposition républicaine.

En 1834, ces liens se renforcent. Pour s'en tenir à quelques exemples12, Le Charivari fait des appels de fonds en faveur de plusieurs associations républicaines. La même année, Philipon est parmi les fondateurs de la Revue républicaine (février 1834) dont il possède des parts. À l'Hôtel Colbert où sont installés les bureaux du Charivari, deux journaux républicains, Le National et Le Bon sens y ont également leur quartier. C'est là que s'établit Grégoire, le plus éminent imprimeur républicain de Paris, auxquels Aubert et Philipon sont associés en tant qu'actionnaires.

Ces marques de solidarité se traduisent dans les lithographies où la figure du prolétaire est au centre de plusieurs caricatures : Aïe donc prolétaire! par Benjamin Roubaud (Le Charivari, 1er décembre 1833) et Ne vous y frottez pas! de Daumier, publiée dans L'Association mensuelle (20 juin 1834), un supplément créé par Philipon visant à former, par souscription volontaire, une caisse de réserve. Dans cette lithographie, considérée par Philipon comme « un des meilleurs croquis politiques faits en France », un ouvrier typographe plein de force au premier plan défie au loin les frêles figures de Louis-Philippe et Charles X. Cependant, Philipon restera un républicain « patriote » dans la tradition de 1789, plus sensible aux libertés politiques qu'à la condition des masses laborieuses.

Son engagement ne se dément pas lors des insurrections durement réprimées de Lyon (9 avril) et de Paris (13 avril). Plusieurs lithographies en sortiront, dont Hercule vainqueur de Traviès (La Caricature, 1er mai 1834) et surtout Rue Transnonain de Daumier (L'Association mensuelle, 24 septembre 1834), qui se réfère au massacre par la troupe des habitants de cette rue le 15 avril 1834. « Ce n'est point une caricature », commente Philipon, « ce n'est point une charge, c'est une page sanglante de notre histoire moderne, page tracée par une main vigoureuse et dictée par une vieille indignation » (La Caricature, 2 octobre 1834).

Le 28 juillet 1835, l'attentat de Fieschi a des conséquences immédiates : arrestation d'Armand Carrel à l'Hôtel Colbert, mise à sac des bureaux du Charivari ; un mandat d'arrêt est émis à l'encontre de Philipon et Desnoyers qui préfèrent s'échapper et se cacher. La veille de l'attentat, Philipon avait publié le numéro rouge du Charivari, véritable brûlot comportant en guise d'article une liste des hommes, femmes et enfants tués par la troupe et la Garde nationale depuis 1830. Il était accompagné d'une lithographie de Traviès intitulée ironiquement « Personnification du système le plus doux et le plus humain » (Le Charivari, 27 juillet 1835), où le corps des « patriotes » assassinés forme une image de Louis-Philippe de dos. Philipon sera accusé de « complicité morale » dans l'attentat.

Le 5 août 1835, de nouvelles lois sur la presse sont présentées à la Chambre. Lors de la séance du 29 août, Thiers déclare : « Il n'y a rien de plus dangereux [...] que les caricatures infâmes, les dessins séditieux, il n'y a pas de provocation plus directe aux attentats » (Le Moniteur universel, 30 août 1835). La Caricature cesse de paraître. En novembre 1835, Le Charivari est vendu pour une somme dérisoire, mais Philipon en conserve la direction jusqu'en 1838. Dressant le bilan de ces cinq années, il écrira : « Je suis parti le 4 novembre 1830 du pays des illusions libérales et je suis arrivé en septembre 1835 dans le royaume des plus tristes réalités » (Wikipédia)

 

La Caricature

La Caricature est un hebdomadaire satirique illustré français paru à Paris le 4 novembre 1830 sous le titre La Caricature morale, religieuse, littéraire et scénique. Il fut fondé et dirigé par Charles Philipon jusqu'en 1835, avec Auguste Audibert comme rédacteur en chef, puis Louis Desnoyers. Associé avec Philipon à la création du journal, Honoré de Balzac en rédigea le prospectus et y donna sous divers pseudonymes une trentaine d'articles jusqu'en février 1831, ainsi que l'essai Petites Misères de la vie conjugale en 1830. À partir de 1832, le titre change pour devenir La Caricature politique, morale, littéraire et scénique. L'ensemble des 251 numéros parus de 1830 à 1835 représente un corpus de 2000 pages et 530 lithographies.

La Caricature mena un combat contre le pouvoir de Louis-Philippe Ier. En butte aux interdictions de la censure royale et autres procès intentés par le pouvoir, Philipon fonda pour assurer la survie de son journal et financer les différents frais l’Association pour la liberté de la presse. En contrepartie les souscripteurs recevaient chaque mois une lithographie. Elle parut sous le nom de La Lithographie mensuelle d’août 1832 à 1834.

La Caricature cessa provisoirement de paraître suite à la promulgation des lois de septembre 1835, consécutives à l'attentat de Fieschi. Repris en 1838 sous le titre La Caricature provisoire, le journal changea de formule et de sous-titre. Il prit à partir du numéro 36 du 7 juillet 1839 le titre de La Caricature morale judiciaire, littéraire, artistique, fashionable et scénique puis en janvier 1842 celui de La caricature, revue satirique des modes, des théâtres, de la musique, des tribunaux et de la littérature. La satire politique fit place aux études de mœurs et à la satire sociale. Emmanuel Gonzalès en assura la direction de 1839 à 1840 et Louis Huart la rédaction de 1840 à 1843, date de son absorption par Le Charivari.

Créé dans l'atmosphère des années de contestation politique et sociale qui suivirent l'avènement de la monarchie de juillet, La Caricature est le prototype du journal de satire engagé. Parmi les "innombrables feuilles" qui parurent à ce moment, il fut, avec Le Charivari, le journal qui contribua avec le plus de succès au travail de sape réalisé contre la monarchie de Juillet. La verve des rédacteurs et le talent des plus grands caricaturistes de l'époque (en première ligne Daumier, Grandville, Traviès) expliquent la notoriété acquise par le journal dans cette bataille. Ses charges contre le régime de Louis-Philippe lui valurent de nombreuses poursuites et notamment la condamnation de son directeur, Charles Philipon, inventeur de la "poire", à six mois de prison pour "outrages à la personne du roi" (novembre 1831).

Les artistes suivants ont contribué aux dessins et lithographies

Victor Adam
Hippolyte Bellangé
Auguste Bouquet
Nicolas-Toussaint Charlet
Honoré Daumier
Alexandre-Gabriel Decamps
Auguste Desperet (ou Desperret)
Achille Devéria
Eugène Forest
Paul Gavarni
Grandville
Henri Monnier
Charles Philipon
Pruche
Auguste Raffet
Benjamin Roubaud
Traviès
Job


to top

 

Charivari - Information in deutsch

Le Charivari („lärmende Veranstaltung“; der Titel wird gelegentlich übersetzt mit „Das Spektakel“) war eine satirische Zeitschrift, die von 1832 bis 1937 in Paris erschien.
Zwei Jahre nachdem der Karikaturist Charles Philipon die Zeitschrift La Caricature herausgebracht hatte, erschien im Dezember 1832 erstmals Le Charivari. Während La Caricature auf hochwertigerem Papier gedruckt wurde, einen größeren Blattumfang hatte und eher anti-monarchistisch ausgerichtet war, sollte die neue Zeitschrift mit höherer Auflage und unpolitischeren Themen das finanzielle Risiko des Herausgebers mindern, indem sie weniger zensuriert würde. In Le Charivari erschienen auf insgesamt vier Seiten Rezensionen, Spottbilder bekannter Persönlichkeiten und weniger brisante politische Karikaturen als im Konkurrenzblatt. Nach dem Verbot politischer Karikaturen im Jahr 1835 wurden vermehrt Satiren des täglichen Lebens publiziert. Dennoch wechselten wegen der Zensur und den damit verbundenen Bußgeldern die Besitzer mehrfach. Bereits am 15. Dezember 1832 veröffentlichte Le Charivari eine Zeichnung von Honoré Daumier. (Quelle Wikipedia)

Charles Philipon (* 19. April 1800 in Lyon; † 25. Januar 1861 in Paris) war ein französischer Karikaturist, Grafiker und Journalist. Er war unter anderem Herausgeber der satirischen Zeitschriften La Caricature und Le Charivari.

Ab 1824 arbeitete er als Lithograph und Karikaturist in Paris. 1829 gründete er mit seinem Schwager Gabriel Aubert einen kleinen Vertrieb für Druckgrafik. Philipon beteiligte sich auch an der Zeitschrift La Silhouette. Diese erschien vom 24. Dezember 1829 bis zum 2. Januar 1831 und positionierte sich als gemäßigt liberale, reich illustrierte Publikation für bürgerliche Leser. Sie wurde zum Vorbild zahlreicher ähnlicher Publikationen. Eine von der Zensur übersehene unsignierte Karikatur Philipons von König Karl X. in der Ausgabe vom 1. April 1830 führte zu einem Skandal und zur Verurteilung des verantwortlichen Redakteurs. In der Folge verbarg die Zeitschrift politische Inhalte gern hinter scheinbar harmlosen Darstellungen, etwa Tierszenen von JJ Grandville (Jean Ignace Isidore Gérard).

Mit zunehmendem geschäftlichem Erfolg opferte Philipon seine eigene künstlerische Tätigkeit der Karriere als Unternehmer. Er leitete unter anderem die satirischen Zeitschriften La Caricature sowie Le Charivari und gründete Le Journal amusant. Philipons Zeitschriften beschäftigten herausragende Künstler wie Grandville, Honoré Daumier, Paul Gavarni, Traviès und Benjamin Roubaud.

Nach 1835 wandten sich Philipons Zeitschriften zunehmend von der politischen Satire hin zur sozialen. Charakteristische Typen der französischen Gesellschaft wurden auf unterhaltsame Weise dargestellt und bloßgestellt. So schuf Daumier auf Anregung Philipons den Typus des „Handelsagenten Robert Macaire“. (Quelle: Wikipedia)

 

 

Versandantiquariat Elke Rehder
Inhaber Elke Rehder
Blumenstr. 19
22885 Barsbüttel
USt-IdNr. DE172804871
Tel: +49 (0) 40 710 88 11  oder E-Mail: 

Die angegebenen Preise enthalten die gesetzliche Mehrwertsteuer. Die Versandkosten stehen neben den Preisangaben. Die Lieferung erfolgt innerhalb Europas. Bestellen können Sie telefonisch, schriftlich oder per E-Mail. Bezahlen können Sie mit PayPal oder Überweisung. Hier sehen Sie die AGB, Widerrufsbelehrung und Datenschutzerklärung

 

to top

back to catalogue overview